Le blog de Bruno Dubreuil

Tout sur le livre photo aux Rencontres d’Arles 2019

in oh my photobook !
Noon in the desert ©Annabel Elgar

Les livres photos les plus remarqués, les découvertes, des smilies épanouis ou grognons, notre photobookista Oleñka Carrasco vous dit tout sur l’état du livre photo à Arles cette année.

(English version included below) 

Croyez-moi si j’affirme que l’exposition du Luma Dummy Book Award et le prix du Livre Photo Texte de l’année sont ma première visite de la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles : les livres me passionnent. Mais ces deux prix en particulier réunissent les deux formes qui m’intéressent le plus dans l’univers des livres photographiques.

Voici donc ce que j’ai retenu de ma balade parmi les candidats au Luma Rencontres Dummy Book Award, ainsi que mes notes autour du fascinant monde du livre de ces Rencontres Arles 2019.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

Cette année, le premier point positif pour les organisateurs et les commissaires de cette (toujours plus) grande exposition de livres, c’est qu’on peut prendre le temps de feuilleter chaque exemplaire sans être attaqué par la chaleur suffocante ; les livres reviennent à leur espace des Ateliers (plus précisément à la Mécanique Générale), génial !

 

Dummies profonds et pensés mais de moins en moins dummies !

L’an dernier, je m’étais sentie un peu perdue, avec ce prix, à l’exception d’une ou deux maquettes réellement bonnes.

Cette année, tout a changé !

De manière générale, je ne crois pas que ce soit une bonne idée de retirer la légende qui est censée accompagner chaque maquette. Quand on a réellement envie de mieux comprendre la démarche d’un livre – et certains sont très énigmatiques – si on ne lit pas la description, on peut passer à côté de beaucoup de choses. Il faut parfois aussi longuement feuilleter certaines maquettes pour en connaître le titre ou l’auteur : un point à améliorer !

Cela étant dit, la présentation des livres était sobre, élégante et on pouvait déceler une organisation par thématique. Beaucoup des exemplaires montraient une réelle réflexion, profonde et bien structurée – cela faisait plaisir.

Luma Rencontres Dummy Book Award 2019

Voir parmi les nominés des noms et des projets de photographes plus connus m’a fait me demander si l’objet initial de ce prix n’était pas en train de changer : ces professionnels plus connus ont-ils réellement besoin de ce type de prix ?

J’ai toujours pensé que ce prix était plutôt destiné à des professionnels moins connus – mais peut-être que je me trompe…

En ce sens, beaucoup des maquettes présentées ressemblaient déjà à des livres édités. Je me rappelle de la première édition de ce prix, où l’on reconnaissait avant tout l’innovation et la créativité dans la construction même de la maquette. Désormais, il semble que cette manifestation réunisse davantage de livres déjà prêts au lieu de maquettes.

Taxez-moi de romantique si vous voulez, mais cela me manque d’avoir la possibilité de voir des exemplaires uniques qui, très certainement, évolueront au moment de devenir un livre édité ou une exposition.

Luma Rencontres Dummy Book Award 2019

C’est en me basant sur cette conception que chaque année j’élis mes #CoupdeCoeur. D’abord, je veux trouver une profonde réflexion qui utilise la photographie comme médium principal mais qui me raconte aussi une histoire, en elle-même ou à travers le processus de construction de son auteur ou autrice. Ensuite, je veux voir une maquette, je veux sentir que je fais face à un objet qui est toujours en cours de construction, qui respire et qui évolue.

 

Ma sélection de cette année. Mes dummies #CoupdeCoeur 2019

–> En troisième position : Marilene Ribeiro et sa maquette Dead Water

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

Une critique puissante et bien construite sur l’impact de l’hydroélectricité, labellisée “énergie verte”, dans de lointains villages du Brésil. On pourrait rester un long moment à lire et découvrir cette réalité contemporaine grâce à ce dummy.

–> En deuxième position : Kenji Chiga et sa maquette The Suicide Boom

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

Je dois le reconnaître : je me suis approchée de la maquette et sans l’ouvrir, juste en observant la reliure et la couverture, j’ai senti que j’étais devant l’un de mes dummies favoris. Quand j’ai lu le sommaire, j’ai eu un frisson. La réflexion personnelle et professionnelle de Chiga dans ce livre est réellement fascinante. Le suicide est un sujet qui reste dans la zone taboue de beaucoup de nos cultures, et c’est une réalité qui dans de nombreux cas fonctionne comme un virus social – une théorie dans laquelle on peut se plonger grâce à cette maquette.

–> En première position, mon #CoupdeCoeur de cette année : la maquette d’Annabel Elgar Noon in the desert

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

Quel plaisir de feuilleter une authentique maquette qui semble réalisée complètement à la main !

Merveilleuse boîte à surprises, c’est une espèce de boîte de Pandore qui contient une autre boîte de Pandore. “Une exploration des quartiers de répliques qui ont été construits dans les sites d’essais nucléaires du Nevada dans les années 1950, afin de mesurer les effets de la détonation nucléaire.” Peu de texte, des images mystérieuses et surprenantes qui peuvent déstabiliser notre oeil critique et en même temps réveiller un imaginaire enfantin de jadis.

 

Pour la première fois, j’ai voulu cette année créer un épilogue basé sur deux maquettes pour lesquelles je crois qu’il fallait porter une attention particulière.

Voici deux maquettes dont le thème principal porte sur l’alimentation : Katherine Longly et son To Tell My Real Intentions, et Chow & Lin, The Poverty Line.

Chaque auteur nous explique en une minute son projet.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

Et en effet, juste dans ma sélection épilogue, se trouvait la maquette lauréate de cette année : The Poverty Line. Je ne suis pas surprise : la réflexion est super profonde, et magnifiquement bien documentée. La maquette est colorée et la photographie très évocatrice. Et même, je ne la définirais pas comme une maquette puisqu’elle a le format d’un livre déjà très consistant. Elle est réalisée par un couple constitué d’un photographe et d’une économiste qui examine le thème de la pauvreté en utilisant la nourriture comme fil conducteur. Un livre à acquérir, fait avec magistralité et somme de détails.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

 

… et au-delà des Dummies

Comme je vous l’avais déjà prédit lors de notre article Les Points Chauds… lors de cette année du 50ème anniversaire des Rencontres et ses 50 expositions, l’offre pour les amoureux des livres était importante – presque impossible de tout voir !

Au Luma Dummy Book Award, il faut ajouter l’exposition de tous les livres qui sont en compétition pour le Prix Livre de l’Année d’Auteur, Historique, et Photo-Texte. Un authentique plaisir de trouver parmi les exposants certains livres desquels nous avons déjà parlé dans notre rubrique. Secret Garden de Alessandra Caló et Maleza de Nía Diedla

 

Le palmarès:

LAURÉAT DU PRIX DU LIVRE D’AUTEUR
Stephen GILL.The Pillar
Éditeur : Nobody. Graphisme : Greger Ulf Nilson. Texte : Karl Ove Knausgard

LAURÉAT DU PRIX DU LIVRE HISTORIQUE
Hannah DARABI. Enghelab Street – A Revolution Through Books : Iran 1979-1983
Éditeurs : co éd. Spector Books & Le Bal. Graphisme : Fabian Bremer et Pascal Storz

LAURÉAT DU PRIX DU LIVRE PHOTO-TEXTE
Vasantha YOGANANTHAN. Dandaka
Éditeur : Chose Commune. Graphisme : Kummer & Herrman. Texte : Anant Pai
avec l’aimable autorisation de Amar Chitra Katha

MENTION SPÉCIALE PRIX DU LIVRE PHOTO-TEXTE
Sophie CALLE. Parce Que
Editions Xavier Barral. Graphisme : Xavier Barral et Coline Aguettaz

Il faudrait demander aux organisateurs si ce ne serait pas une bonne idée de séparer les livres selon le prix, comme c’était le cas au début : on s’y perd.

 

Univers des éditeurs…

Même si Cosmos ne faisait pas officiellement partie des Rencontres, la manifestation a réuni une grande quantité d’éditeurs : le site était frais, agréable et c’était un plaisir de découvrir certaines perles éditoriales.

SpanishCaravan. ©Manu Jougla. Selfpublished

Je suis sortie très déçue de mes visites au Temple – pas par les éditeurs ou leurs livres, mais par l’organisation suffocante des stands de cette année. J’ai essayé de parcourir les stands à différents horaires et franchement, c’était très difficile de profiter de l’offre, avec ces toits bleus improvisés. Heureusement que notre collègue Silvy Crespo nous a fait découvrir une authentique perle venue du Brésil : Talita Virginia, qui se trouvait sur le stand de Havaiana Papers. Une magnifique découverte.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

*

La magie de la première semaine des Rencontres d’Arles, c’est que nous sommes tous là, nous échappant de la chaleur sous n’importe quelle ombre, combinant rosé et vernissages sans arrêt. Cette année, j’ai ainsi eu l’opportunité de connaître pratiquement tous mes #CoupdeCoeur du Luma Dummy Book Award ; grâce à ces rencontres je vous parlerai plus profondément de certaines maquettes et de ce qu’elles deviennent lors d’articles à venir.

Après cette petite balade, arrive l’heure de tailler les crayons pour les articles sur certains des livres ici mentionnés. Sans aucun doute, ces Rencontres d’Arles m’ont laissé beaucoup de matériel à déplumer pour les prochains jours.

Alors ne partez pas trop loin… ou revenez vite : la rentrée réserve de merveilleuses surprises pour nous, les amants des photobooks.

Noon in the desert ©Annabel Elgar

Écrivaine et photographe, Oleñka Carrasco met son accent au service de Viens Voir une fois par mois, pour la découverte de photobooks, livres d’artistes, livres de photo-texte, mais aussi des éditeurs indépendants. Bref, toutes les tendances de l’objet livre. Fanatique de la création d’histoires, elle sera notre guide d’exploration dans le monde des livres.

Reply to: hola@olenkacarrasco.com Oleñka est sur Instagram

 

ENGLISH

All about the photo book at the Rencontres d’Arles 2019

Noon in the desert ©Annabel Elgar

 

The most noticed photo books, discoveries, blooming smilies or grumpy, our photobookista Olenka Carrasco tells you everything about the state of the photo book in Arles this year.

Believe me if I say that the Luma Dummy Book Award exhibition and the Text Photo Book of the Year award are my first visit during the opening week of the Rencontres d’Arles: I am passionate about books. But these two prizes in particular bring together the two forms that interest me most in the world of photographic books.

Here is what I learned from my stroll among the candidates for the Luma Rencontres Dummy Book Award, as well as my notes about the fascinating world of books from these Rencontres Arles 2019.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

This year, the first positive point for the organizers and curators of this (increasingly) large book exhibition is that we can take the time to leaf through each copy without being attacked by the suffocating heat; the books return to their workshop space (more precisely to the General Mechanics), great!

 

Deep and thoughtful dummies but less and less dummies!

Last year, I felt a little lost with this price, except for one or two really good models.
This year, everything has changed!
In general, I don’t think it’s a good idea to remove the legend that is supposed to accompany each model. When you really want to better understand the process of a book – and some of them are very enigmatic – if you don’t read the description, you can miss a lot of things. It is also sometimes necessary to leaf through some models at length to know their title or author: a point to be improved!

That being said, the presentation of the books was sober, elegant and one could see an organization by theme. Many of the copies showed a real, deep and well-structured reflection – it was a pleasure.

Luma Rencontres Dummy Book Award 2019

Seeing among the nominees the names and projects of more well-known photographers made me wonder if the initial purpose of this award was not changing: do these more well-known professionals really need this type of award?

I always thought that this prize was intended for less well known professionals – but maybe I’m wrong…

In this sense, many of the models presented already looked like published books. I remember the first edition of this prize, where we recognized above all innovation and creativity in the construction of the model itself. Now it seems that this demonstration brings together more books already ready instead of models.

Call me romantic if you will, but I miss the opportunity to see unique copies that will most certainly evolve when they become a published book or exhibition.

It is on the basis of this conception that each year I elect my #Coup de Coeur. First, I want to find a deep reflection that uses photography as a main medium but also tells me a story, in itself or through the construction process of its author or author. Then I want to see a model, I want to feel that I am facing an object that is still under construction, that breathes and that evolves.

 

My selection this year. My dummies #CoupdeCoeur 2019

–> In third place: Marilene Ribeiro and her dummy Dead Water

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

A powerful and well-constructed critique of the impact of hydropower, labelled « green energy », in remote villages in Brazil. We could spend a long time reading and discovering this contemporary reality thanks to this dummy.

–> In second place: Kenji Chiga and his model The Suicide Boom

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

I must admit: I approached the dummy and without opening it, just by looking at the binding and cover, I felt that I was in front of one of my favorite dummies. When I read the summary, I had a chill. Chiga’s personal and professional reflection in this book is truly fascinating. Suicide is a subject that remains in the taboo area of many of our cultures, and it is a reality that in many cases works like a social virus – a theory that can be explored with this model.

–> In first place, my #CoupdeCoeur this year: the Annabel Elgar’s dummy Noon in the desert

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

What a pleasure to browse through an authentic dummy that seems to have been made completely by hand!

Wonderful surprise box, it’s a kind of Pandora’s box that contains another Pandora’s box. « An exploration of the replica districts that were built in Nevada’s nuclear test sites in the 1950s to measure the effects of nuclear detonation. » Few texts, mysterious and surprising images that can destabilize our critical eye and at the same time awaken a childish imagination.

 

For the first time, this year I wanted to create an epilogue based on two dummies for which I think special attention should be paid.
Here are two projets with a main theme on food: Katherine Longly and her To Tell My Real Intentions, and Chow & Lin, The Poverty Line.

Each author explains his project to us in one minute.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

And indeed, just in my epilogue selection, was this year’s winning model: The Poverty Line. I am not surprised: the reflection is super deep, and magnificently well documented. The model is colourful and the photography very evocative. And even then, I wouldn’t define it as a model because it has the format of an already very consistent book. It is carried out by a couple made up of a photographer and an economist who examine the theme of poverty using food as a common thread. A book to be acquired, made with masterfulness and a sum of details.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

 

… and beyond the Dummies

As I had already predicted in our article Les Points Chauds... during this year of the 50th anniversary of the Rencontres and its 50 exhibitions, the offer for book lovers was important – almost impossible to see everything!

In addition to the Luma Dummy Book Award, there is also an exhibition of all the books that are in competition for the Book of the Year Award for Author, History, and Photo-Text. An authentic pleasure to find among the exhibitors some of the books we have already mentioned in our section. Secret Garden of Alessandra Caló et Maleza of Nía Diedla

 

 

The list of winners of the Book of the Year:

WINNER OF THE AUTHOR’S BOOK AWARD

Stephen GILL. The Pillar
Publisher: Nobody. Graphic design: Greger Ulf Nilson. Text: Karl Ove Knausgard

WINNER OF THE HISTORICAL BOOK AWARD

Hannah DARABI. Enghelab Street – A Revolution Through Books: Iran 1979-1983
Publishers: coeditor Spector Books & Le Bal. Graphic design: Fabian Bremer and Pascal Storz

WINNER OF THE PHOTO-TEXT BOOK AWARD

Vasantha YOGANANTHAN. Dandaka
Publisher: Common Thing. Graphic design: Kummer & Herrman. Text: Anant Pai
with the kind permission of Amar Chitra Katha

SPECIAL MENTION PHOTO-TEXT BOOK PRIZE

Sophie CALLE. Because the fact.
Xavier Barral Publishing. Graphic design: Xavier Barral and Coline Aguettaz

The organizers should be asked if it would not be a good idea to separate the books according to price, as was the case at the beginning: we get lost in it.

 

Editor’s universe…

Even though Cosmos was not officially part of the Meetings, the event brought together a large number of publishers: the site was fresh, pleasant and it was a pleasure to discover some editorial pearls.

 

 

I came out very disappointed from my visits to the Temple – not by the publishers or their books, but by the suffocating organization of this year’s stands. I tried to walk through the stands at different times and frankly, it was very difficult to take advantage of the offer, with these improvised blue roofs. Fortunately, our colleague Silvy Crespo introduced us to an authentic gem from Brazil: Talita Virginia, who was on Havaiana Papers’ stand. A magnificent discovery.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Viens Voir (@viensvoirblog) le

*

*

The magic of the first week of the Rencontres d’Arles is that we are all there, escaping the heat under any shade, combining rosé and vernissages all the time. This year, I had the opportunity to know almost all of my #CoupdeCoeur of the Luma Dummy Book Award; thanks to these meetings I will tell you more about some of the models and what they are becoming in future articles.

After this short walk, it is time to sharpen the pencils for the articles on some of the books mentioned here. Without a doubt, these Rencontres d’Arles left me a lot of material to pluck up for the next few days.

So don’t go too far… or come back quickly: the new school year has some wonderful surprises in store for us, the lovers of photobooks.

Noon in the desert ©Annabel Elgar

Writer and photographer, Oleñka Carrasco will put her emphasis on the service of Viens Voir once a month, for the discovery of photobooks, artists’ books, photo-text books, but also independent publishers. In short, all trends of the book object. Fanatic about creating stories, she will be our guide to exploring the world of books.
Reply to: hola@olenkacarrasco.com Oleñka est sur Instagram

Latest from oh my photobook !

Go to Top